juillet 9, 2014

Nouvelle formation Art-Activisme-Permaculture avec le Labofii en octobre prochain en Belgique!

PCUF_flyer

 

Pense comme une forêt est une formation intensive de 10 jours co-organisée par le Laboratoire d’Imagination Insurrectionnelle, Agir pour la Paix, Cense Equi Voc’ et Roots Culture asbl, qui vise à explorer les tactiques de l’art-activisme et les compétences nécessaires pour construire des groupes sociaux écologiques et profondément démocratiques.
Elle est basée sur l’approche de la Permaculture, parfois aussi nommée “l’art de construire des relations bénéfiques”. La Permaculture propose une méthodologie pour concevoir les activités et relations humaines en s’inspirant du fonctionnement de la nature, afin de subvenir à nos besoins élémentaires matériels et non matériels. L’objectif de cette formation est que les participant-e-s en repartent avec la capacité de commencer à penser et à agir comme des écosystèmes résilients, coopératifs et productifs, pouvant appliquer cette approche dans tous les champs: écologique, social, et politique dans leur sens le plus large.
Les méthodes pédagogiques utilisées sont participatives, ludiques et font la part belle à la pratique. Nous utilisons tout autant la tête que le cœur et les mains, et appréhendons l’apprentissage comme un processus actif impliquant le partage d’expérience et la réflexion: il sera donc attendu des participant-e-s qu’ils/elles approchent cette formation avec un esprit de coopération et d’aventure.

L’équipe de formation :

Isabelle Fremeaux a été Maître de Conférences en Media et Cultural Studies à Birkbeck College – University of London (GB) pendant 10 ans, avant de déserter l’Université. Elle est passionnée par les dynamiques collectives, l’éducation populaire et les formes créatives de résistance.
John Jordan travaille à fusionner l’imagination de l’art et l’engagement radical de l’activisme, créant de nouvelles formes de désobéissance civile. Il a travaillé avec le collectif d’action directe non-violente Reclaim The Streets, a été professeur aux Beaux-Arts pendant presque 10 ans, a codirigé le livre We Are Everywhere: the irresistible rise of global anti-capitalism (Verso, 2003), travaillé sur le film de Naomi Klein et Avi Lewis The Take.
Ensemble, Jordan et Fremeaux ont co-fondé le collectif d’art-activisme The Laboratory of Insurrectionary Imagination et co-réalisé le livre film Les Sentiers de l’Utopie. Ils vivent aujourd’hui en Bretagne (France), au sein du collectif artistico-agricole: la r.O.n.c.e  (Résister. Organiser. Nourrir. Créer. Exister)
Le Lab of ii fusionne l’art et la vie, la créativité et la résistance, les propositions et l’opposition. Célèbre pour avoir parcouru la Grande-Bretagne avec une armée de clowns rebelles, lancé des boules de neige sur des banquiers, transformé des centaines de vélos abandonnés en outils de désobéissance civile et fermé une centrale thermique à charbon grâce à une régate de radeaux, nous appréhendons l’insurrection comme un art, et l’art comme un moyen de préparer l’insurrection qui vient.

D’abord circassienne puis éducatrice spécialisée, Zoï Dethier s’est engagée sur trois continents dans différents projets d’éducation populaire et luttes impliquant de la désobéissance civile, parmi lesquelles l’anti-militarisme auprès de Vredesactie, dont la branche francophone s’appelle aujourd’hui Agir pour la Paix. Elle y est responsable du groupe de formateurs, qui dispense diverses formations et outils pratiques destinés aux (collectifs d’) altermondialistes qui luttent pour un monde plus juste.

Permacultrice pédagogique, Fabienne Delcorps est membre fondatrice et coordinatrice de Cense Equi Voc’ asbl; centre de rencontres, d’expérimentations et de transmissions de savoir sur les principes de la permaculture depuis 2006. Elle est également active dans la mise en place du réseau de permaculture francophone de Belgique pour des liens avec le mouvement international, et dans des initiatives de transition.
Architecte paysagiste de formation, Geoffroy Godeau (“Roots Culture” asbl) vit une vie de pèlerin permacole depuis 2007. En quête d’expériences répondant à “la permaculture comme art de vivre?”, ce pèlerinage lui a déjà permis de contribuer au co-développement de Panya Project dans le nord de la Thailande depuis 2008 jusqu’à aujourd’hui, à travers l’organisation de stages de construction en matériaux naturels et la co-animation de cours de design en permaculture (Thailande, Belgique, Espagne, Roumanie, Malaisie, États-Unis), ainsi que d’approfondir sa compréhension du fonctionnement des systèmes naturels par la gestion d’une pépinière de plantes ornementales, et la co-création du projet des pommes et des Hommes.

Infos pratiques :

Quand ?
Du vendredi 03 octobre au dimanche 12 octobre 2014 inclus, en résidentiel.
Où?
Asbl Cense Equi Voc’
Route de Huy, 152b
4280 – Lens-St-Remy
Belgique
Tel. : +32(0)19 63 66 25 – +32(0)494 21 25 45
formationscdp@cense-equi-voc.org

Combien ?
220 euros : ce prix ne comprend que le logement et la pension complète.
Les frais de formation n’étant pas inclus, une participation libre est vivement souhaitée, en fonction de tes possibilités (financières et/ou d’échanges: prends contact avec Fabienne de Cense Equi Voc’ pour connaître les possibilités existantes).

Comment participer ?
Télécharge le formulaire de candidature, et renvoie-le complété à formationscdp@cense-equi-voc.org avant le 20 juillet. Tu en recevras rapidement une confirmation de réception. La réponse définitive par rapport au résultat de la sélection te sera communiquée pour le 1 août 2014.

mai 7, 2014

“The Beat of Courage; the Shape of Hope: creative resistance in the face of catastrophe” – A 2 day workshop with The Laboratory of Insurrectionary Imagination

Image

Saturday 5 & Sunday 6 July 2014 – 10am to 6pm

Berliner Festspiele – Schaperstraße 24 – 10719 Berlin

“As a society we are caught between a sense of impending apocalypse and the fear of acknowledging it. In this ‘caught’ place our responses are blocked and confused. On one level we maintain a more or less up-beat capacity to carry on as usual… and all the while, underneath, there is this inchoate knowledge that our world could go at any moment. Unless we find ways of acknowledging and integrating that level of anguished awareness, we repress it; and with that repression we are drained of the energy we need for action.” Joanna Macy

Faced with the immensity and complexity of the catastrophic entwining of ecological, economic and social crises that threaten our entire way of life, in fact threatens life itself, we often feel paralysed. “We could do more”, our intuition nags at us, and yet something holds us back from actions commensurate with the scale of the problem.

Even Yvo de Boer, (executive secretary of the United Nations Framework Convention on Climate Change in 2009) recently asserted that “The only way that a 2015 agreement can achieve a two-degree goal (the ‘safe’ limit to warming) is to shut down the whole global economy.” Thus “what are we waiting for? And to do what?” will be some of the core questions that this workshop will explore.

We will delve into our fears of action, and attempt to find collective tools to overcome the feeling of disempowerment that can overcome us in these dark times.

Participants will be encouraged to share and reflect upon personal and historical stories of courage and disobedience, learn to trust each other and engage in horizontal processes of organising, as well as explore tools for effective strategies that are required in order to organise appropriate responses to the injustices of the climate catastrophe.

Working with local artists and activists and using a diversity of participatory and playful methods of popular education, it will aim to start a momentum towards collective organising and affinity group building for effective disobedience in response to the UN’s 2015 Paris Climate summit.

The workshops will be facilitated by Isabelle Fremeaux, co-founder of the Labofii, and will be in English.

In parrallel to the workshop is the show: We Have Never Been Here Before, written and performed by John Jordan, co-founder of the Labofii. Participants are encouraged to attend the performance on Friday 4 July, as is content is key for full engagement with the workshop. Free tickets are available for all selected participants.

http://www.berlinerfestspiele.de/en/aktuell/festivals/foreign_affairs/fa14_programm/fa14_programm_gesamt/fa14_veranstaltungsdetail_98532.php

The workshop is free, but places limited, bookings need to be made by June 15th (with a short letter explaining why you’d like to attend, this is to get a sense of who you are so that we can tailor the workshop to the participants). Confirmations will be sent by June 22nd. Participants will be expected to bring lunch to share with others on both days.

The Laboratory of Insurrectionary Imagination

"It reminds us of the time when it was still possible for free theatre to try out a loving anarchic social utopias… This is about saying goodbye to representation and is therefore the most radical form of theatre" The Frankfurter Rundschau, 2010.

"This isn’t a normal travelling theatre company you know." Scotland Yard, (British Police HQ) 

The Laboratory of Insurrectionary Imagination (Lab of ii) merges art and life, creativity and resistance, proposition and opposition. Infamous for touring the UK recruiting a rebel clown army, running courses in postcapitalist culture, throwing snowballs at bankers, turning hundreds of abandoned bikes into machines of disobedience and launching a rebel raft regatta to shut down a coal fired power station; we treat insurrection as an art and art as a means of preparing for the coming insurrection. The Lab of ii is now in the process of setting up a school for creative resistance and a communal organic farm in Brittany.

janvier 27, 2014

Appel à soutien pour les ouvrières et ouvriers de Serbie

Cher-e-s tou-te-s,

Si vous avez lu Les Sentiers de l’Utopie, vous vous souviendrez de la formidable lutte des ouvrières et ouvriers de Zrenjanin en Serbie. Vous aurez également compris à quel point nous avions été touchés par leur solidarité, leur opiniâtreté, leur incroyable générosité. Nous étions devenus très amis avec Milenko et Ivan (surtout ce dernier), nos deux jeunes guides, soutiens indéfectibles des ouvriers depuis le début, et que nous avions décrits dans les Sentiers comme de « jeunes zapatistes serbes ».

Nous étions restés sans nouvelles depuis longtemps (ce qui était entièrement notre faute, absorbés que nous étions par nos propres projets et luttes sur le terrain), et venons juste d’apprendre que l’aventure Jugoremedija s’est malheureusement mal finie. Ivan (décrit ci-dessous la situation politique serbe fort complexe et l’impact que celle-ci a sur les luttes ouvrières. Ivan continue son combat et a besoin de soutien. Il a écrit une lettre (voir ci-dessous) afin d’expliquer la situation et demander des fonds pour acheter du mobilier afin d’aménager de manière adéquate le local où il travaille. Il s’agit de recueillir environ 400 euros.

Comme les frais de virement vers la Serbie sont chers, nous nous proposons de recueillir vos dons et de les envoyer à Ivan. Ceci est une « opération » informelle, nous ne pouvons pas mettre en place un compte bancaire spécifique et proposons de recueillir les fonds sur le compte bancaire de l’association des Ami-e-s de la Ronce (merci de nous contacter pour que l’on vous communique les coordonnées). Nous enverrons les fonds recueillis fin février.

Nous comptons sur votre confiance pour être rassurés quant à la bonne destination de ces dons, et vous ferons bien entendu savoir quand nous les aurons envoyés à Ivan !

Si vous voulez plus d’informations sur la situation de Jugoremedija ou sur cette proposition de dons, n’hésitez pas à nous contacter sur : info (at) labofii.net

Merci d’avance de nous aider à soutenir ce groupe d’ouvrières et d’ouvriers qui continuent à croire et à lutter pour une plus grande justice, et pour montrer l’exemple !

Amicalement,

John et Isa IMG_3898

La lettre d’Ivan :

En 2000, la classe ouvrière fut l’élément clé pour renverser le régime national socialiste de Slobodan Milošević. Les libéraux qui prirent le pouvoir n’ont jamais poursuivi en justice, ni repris leur fortune à ceux qui avaient volé les entreprises pendant le régime de Milošević. Au contraire, les libéraux ont pardonné à ceux qui se sont enrichis grâce à la guerre et ont légalisé leurs statuts d’entrepreneur, ils ont fait porter aux ouvriers la responsabilité de la guerre et les ont puni par la privatisation. Pendant douze ans, des ouvriers ont lutté pour leurs droits, utilisant les lois anti-corruption, forçant les libéraux à suivre leurs propres règles. Certains groupes d’ouvriers connurent un grand succès, comme ceux de l’usine pharmaceutique Jugoremedija à Zrenjanin, qui en 2007 réussirent à restaurer l’autogestion en tant qu’actionnaires majoritaires. Un grand nombre continuèrent la lutte inspirés par l’exemple de Jugoremedija.

Après dix ans de soutien quasi inconditionnel aux libéraux serbes, l’Union Européenne s’est fatiguée de la corruption de son protégé, ainsi que de son incompétence quant à la privatisation ou pour mettre un terme à la crise au Kosovo. L’Union Européenne a même enjoint le gouvernement serbe à résoudre les 24 cas de corruption les plus flagrants pour lesquels des ouvriers se battaient depuis des années, citant explicitement la privatisation de Jugoremedija comme exemple (cf http://www.europarl.europa.eu/meetdocs/2009_2014/documents/dsee/dv/0704_03/0704_03en.pdf)

Lors des élections de 2012, l’Union Européenne a décidé de soutenir les nationaux-socialistes, qui avaient entre temps rejeté Milošević et Šešelj, et tenaient surtout à faire leurs preuves auprès de Bruxelles. Les nationaux-socialistes firent campagne contre la corruption lors de la privatisation des entreprises, promirent de résoudre les fameux « 24 cas » et triomphèrent aux élections.

Parfait pour la classe ouvrière serbe, tout ça, non ?

Avez-vous jamais entendu des nationalistes soutenir l’autogestion ouvrière ? Même si ces ouvriers agissent formellement et légalement en tant qu’actionnaires majoritaires ? Cela n’est jamais arrivé et n’arrivera jamais.

La semaine même où les nationaux-socialistes ont formé leur gouvernement en août 2012, Zdravko Deurić, Milana Zlokas et deux autres personnes de Jugoremedija étaient arrêté-e-s sur de fausses accusations de fraudes. Alors que ces leaders ouvriers étaient en prison, Jogoremedija a dû arrêter la production et ne s’en est jamais remise. Elle est tombée en faillite en décembre 2012. L’Union Européenne n’a émis aucune objection au fait que le gouvernement serbe a obéi aux ordres de Bruxelles mais en arrêtant les VICTIMES de la corruption, plutôt que ses coupables (pour être précis, ce que nous avons ici est une situation où les criminels arrêtent les victimes, puisque l’état a autorisé le pillage qu’a été la privatisation, donc l’état est tout aussi coupable que les profiteurs qui ont pillé les usines.)

Des activistes de gauche qui ont soutenu les ouvriers dans les luttes anti-corruption depuis 2000 se sont réunis dans un collectif : le Maître Ignorant et ses Comités. L’été dernier nous avons lancé pour la toute première fois en Serbie, un projet d’aide légale pour les groupes d’ouvriers autogérés luttant contre la privatisation. Les groupes avec lesquels nous travaillons sont principalement issus des « 24 cas », qui sont maintenant, comme Jugoremedija, sous le feu des politiques anti-corruption du gouvernement, qui spolient les ouvriers de leurs droits d’une manière aussi dure que la corruption l’a jamais fait. De plus, nous luttons aussi contre la corruption dans les tribunaux et essayons d’articuler les luttes ouvrières.

Récemment, nous avons soumis une proposition de loi pour changer la Loi sur les Faillites, exigeant que les entreprises tombées en faillite soient rendues aux ouvriers pour être réorganisées. Ceci est basé sur de nombreuses recherches et des discussions pendant plus d’un an à propos du système yougoslave d’autogestion ouvrière et d’entreprise sociale ("društvena svojina"). Nous voulons apprendre de l’expérience socialiste yougoslave et adapter ses meilleurs aspects à la situation politique actuelle. Nous collaborons également avec d’autres groupes d’ouvriers autogérés, dont l’un a récemment soumis une demande à la Cours Constitutionnelle de Serbe pour abolir la Loi de Privatisation et pour restituer la propriété sociale aux ouvriers. Après l’amère expérience de Jugoremedija, il semble évident que l’autogestion des ouvriers dans une seule usine non seulement est impossible, mais a tendance à être dangereux pour celles et ceux qui la mènent.

En ce moment, nous organisons deux ou trois événements par semaine, voire plus (réunion d’organisation avec les ouvriers et les avocats, réunions publiques, etc.). Pour cela, nous avons besoin d’un espace adapté. Si nous avons réglé le problème de la salle, nous avons toujours besoin de chaises. L’idéal serait une cinquantaine de chaises (8 euros pièce) afin de continuer à nous réunir et à informer le public. Nous serions infiniment reconnaissants de votre soutien.

Ivan Zlatić, Ignorant schoolmaster and his Committees, Belgrade (Le Maître Ignorant et ses Comités, Belgrade)

 

novembre 13, 2013

Projection au café de la pente, Rochefort en Terre, le 14 nov

Isa sera au café de la pente pour discuter avec qui voudra après la projection des Sentiers de l’Utopie. Soirée organisée par l’association Ingalan, avec collation à partir de 19h30.

octobre 15, 2013

Pfade durch Utopia – Selected for GLOBALE film festival, Mittelhessen, Germany

9 Nov – 20,30 - +  info.  

download programme pdf:  2013 Programmheft

octobre 5, 2013

Isa en discussion sur les utopies à la Friche de la Belle de Mai – Marseille

http://additionaldocument.org/#5/-67.221/-5.493

septembre 29, 2013

Le Laboratoire d’Imagination Insurrectionnelle Présente: Lab’Utopie.

Labutopie
Un atelier cartographique et un acte de désobéissance. 8 -13 Octobre, La fureur de lire, Maison communale de Plainpalais, Genève.
“La réinvention du quotidien n’est rien d’autre qu’un passage au-delà des bords de nos cartes” Lucy Parsons (activiste Afro Américaine,1853-1942)
Le Laboratoire d’Imagination Insurrectionnelle (Labofii) est à Genève pour faciliter un atelier d’artivisme et de cartographie radicale: Lab’Utopie. Une équipe d’architectes, activiste, artistes, géographes, illustrateurs-trices, permaculturiste et plus encore, travailleront avec le public pour créer une gigantesque carte collective des pratiques utopistes genevoises, passées, présentes et futures. Cet objet finira par devenir un outil de désobéissance créative le dimanche 13 Octobre.Vous êtes invité-e-s à nous rejoindre avec vos souvenirs et rêves de résistances et d’alternatives collectives, de sécessions de l’empire, d’histoires secrètes et émotions partagées.

Du 8 au 12 octobre entre 18h et 20h venez à la Maison communale pour participer à la réalisation de la carte, qui sera également visible chaque jours entre 20h30 et minuit (sauf samedi de11h à minuit).

Pour honorer l’histoire radicale de Genève et inspirer de nouvelles voies post-capitalistes l’acte de désobéissance prendra place à 14h30 dimanche 13, rendez vous à la Maison communale pour un périple utopiste secret.

Pour plus d’info : info@labofii.net

août 11, 2013

Paths Through Utopias screening in London on Sept 5th!

Hello London friends!

We are showing our film at the Whitechapel Art Gallery on Thursday 5 September at 6.30pm as part of the Spirit of Utopia season :-) Whitechapel-Gallery

juillet 18, 2013

Lab’Utopie – Un atelier gratuit avec le Laboratoire d’Imagination Insurrectionnelle

1516

“La réinvention du quotidien n’est rien d’autre qu’un passage au-delà des bords de nos cartes”

Lucy Parsons (activiste Afro Américaine,  1853-1942)

Le collectif d’art-activisme Le Laboratoire d’Imagination Insurrectionnelle (Labofii) (co-fondé par les auteurs des Sentiers de l’utopie) vient à Genève entre le 8 -13 Octobre ( dans le cadre du festival la Fureur de lire, dans la maison communale de Plainpalais),  pour faciliter un atelier d’artivisme et de cartographie radicale : Lab’Utopie.

Pour participer à cet atelier, nous recherchons:

  • des artistes locaux,
  • des activistes,
  • des graphistes,
  • des illustrateurs-trices,
  • des utopistes,
  • des chercheurs-euses,
  • des historien-ne-s rebelles,
  • des géographes.
  • des cartographes
  • des architectes
  • des constructeurs/trices
  • quiconque se sentira passionné-e par ce projet !

L’atelier se tiendra du 8 au 13 octobre 2013 à la Maison communale de Plainplais, de 11h à 20h chaque jour (Lab’Utopie sera ouvert au public de 18h à 20h chaque jour, les personnes ne pouvant s’engager sur la durée de l’atelier pourront nous rejoindre à ce moment-là).

Quelques réunions préparatoires par Skype auront également lieu pendant le mois de septembre. Les participant-e-s travailleront collectivement pour produire la carte, sur un tableau noir circulaire de cinq mètres de diamètre.

Les premiers sentiers vers l’utopie débutent souvent comme des lignes sur une carte, des connexions entre besoins et désirs, rêves et réalité, présent et futur. Lors du festival de littérature La Fureur de Lire, le Laboratoire d’Imagination Insurrectionnelle  vous invite à créer une gigantesque carte collective de l’histoire des pratiques utopistes genevoises, passées, présentes et futures. Cette carte collectera des souvenirs de résistances et d’alternatives collectives, des sécessions de l’empire, des histoires secrètes et des émotions partagées. Les participant-e-s à l’atelier, en collaboration avec le public, entreprendront les recherches, la conception et la réalisation de Lab’Utopie, qui culminera en un acte de désobéissance théâtral pour honorer l’histoire radicale de Genève et inspirer de nouvelles voies post-capitalistes.

Des tâches spécifiques seront nécessaires pour réaliser ce projet, et les participant-e-s seront sélectionné-e-s sur la base de leurs compétences, de leur intérêt et expérience dans le travail collaboratif et dans la fusion entre l’art et l’activisme. Au moins une partie des participant-e-s devra avoir une très bonne connaissance de la scène alternative locale, et habiter à (ou près de) Genève, afin de pouvoir effectuer des recherches et des interviews auprès des acteurs essentiels à ce projet.

Le Laboratoire d’Imagination Insurrectionnelle (www.labofii.net) fusionne l’imagination de l’art et l’engagement radical de l’activisme, créant ainsi de nouvelles formes de désobéissance civile, plutôt que des représentations de la politique. Le collectif est célèbre pour avoir transformé des vélos en machines de désobéissance pendant le sommet de l’ONU sur le climat à Copenhague, répandu de la mélasse dans la Tate Gallery pour protester contre le sponsoring de BP et organisé une bataille de boule de neige contre les banquiers dans le centre financier de Londres. L’atelier sera animé par John Jordan et Isabelle Fremeaux.

John Jordan  est un artiste-activiste, cofondateur de Reclaim the Streets et de l’Armée des clowns. Il a été un des caméramans du film de Naomi Klein, The Take, et a notamment codirigé le livre We Are Everywhere. The Irresistible Rise of Global Anti-Capitalism (Verso, 2004). Isabelle Fremeaux était maître de conférences en Media & Cultural Studies au Birkbeck College-University of London avant de déserter l’Université. Sa recherche-action explore l’éducation populaire et les formes créatives de résistance. Ensemble, ils ont produit le livre film Les Sentiers de l’Utopie (La Découverte, 2011). Ils vivent sur une Ferme collective – La r.O.n.c.e – en Bretagne.

Pour s’inscrire

Pour participer à cet atelier, merci d’envoyer la   demande d’inscription AU PLUS TARD LE 15 AOÛT 2013

à :info@labofii.net

avril 19, 2013

Les Sentiers font partie de l’expo CHESSROOM a Paris.

Les Sentiers font partie de l’expo CHESSROOM a Paris: voici l’annonce du curateur, le vernissage est ce soir – Atelier Rouart, 40, rue Paul Valéry, 75016 Paris:

Un curateur, deux groupes d’artistes, une confrontation.

Pour The Chessroom, le curateur Sinziana Ravini a réuni deux groupes d’artistes, suédois et français, afin de questionner la possibilité de l’art de changer le monde.

Chaque groupe part vivre et écrire un roman collectif dans une demeure isolée. L’exposition à l’Atelier Rouart devient le jeu d’échec entre ces deux groupes et leurs romans respectifs.

Qui sont les blancs, les noirs? La reine, le fou et le cavalier ? Quelles seront leurs réponses face à cette grande question: l’art peut-il changer le monde?

Margaux Bricler
Louise Hervé
& Chloé Maillet
John Jordon
& Isabelle Frémeaux
Renzo Martens
Emeric Lhuisset
Julien Prévieux
Eléonore Saintagnan
&

Kalle Brolin
Kajsa Dahlberg
Marcus Lindeen
Dorinel Marc
Jesper Nordahl
Anna Odell
Fia-Stina Sandlund


 

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 224 autres abonnés